• Ma maison en bois !En 2018 lorsque vous tapez sur Google "maison en bois" vous tombez de suite sur ceci ou encore sur des sites du style: "plan de maison en bois" Au XXIème siècle c'est devenu très "tendance" très "écologique", voire "économique". Je ne peux en douter !
    En 1982, en Alsace, dans un village de 500 habitants j'ai été un précurseur en faisant construire une MOB (Maison à Ossature Bois) par les Ets HOUOT situé à l'époque à Fraize dans les Vosges (88) - Ets liquidé en 2000 pour difficultés financières.

    Cette maison, commandée sur plans, avait été entièrement fabriquée en usine à Fraize ! Elle se composait de 3 parties (modules) de 11m de longueur, 3m de largeur et 2.50m de hauteur. Chaque "module" était entièrement équipé: fenêtres, volets, portes, revêtements de sol, tapisseries, circuit électrique, circuit eau, cuisine équipée (éléments et certains appareils), salle de bain/douche entièrement équipée (chauffe eau compris), chauffage électrique (convecteurs) installé, et même nom sur la sonnette !
    Seule la charpente était en kit ainsi que l'aménagement de l'étage (panneaux de placomur)

    Au préalable avaient été réalisées: fondations, sous-sol/garage en béton, évacuations eaux usées et pluviales.

    Un beau matin arrivent 4 énormes camions, une grue 20T.
    L'un après l'autre les 3 moduless sont posés côte à côte sur les murs béton du sous-sol, ajustés au mm près. Puis sont montées les 2 pignons comportant leur revêtement bois - une panne de grue aura obligé les monteurs à ne finir la toiture que le lendemain - pose des fermettes - couverture tuiles de très bonne qualité - montage du conduit fumée inox - pose des gouttières et des descentes pluviales.
    Il aura suffi aux monteurs de raccorder entre eux les 3 moduless (câblage électrique) de rajouter les joints intérieurs et extérieurs, de raccorder moquette et revêtement plastique (genre baladum) - tout cela en 2 jours !

    Vinrent rapidement après les raccordements au réseau électrique, pose du tableau électrique, au réseau d'alimentation eau et au réseau "eaux usées" incluant les descentes pluviales.

    Moins de 3 mois après le montage de la maison nous avons pu emménager. Au total RDC et étage: 160m2 + 95m2 de sous-sol

     

    Maisons en bois

    Maisons en bois

    Le sous-sol quasiment terminé - arrivée de 4 camions
    et de la grue

    Maisons en bois

    Maisons en bois

    1er module avec sa pose

    Maisons en bois

    Maisons en bois

    2ème module avec sa pose - on voit convecteur et tapisserie !

    Maisons en bois

    Maisons en bois

    3ème module avec sa pose - on voit bien la sonnette près porte entrée !

    Maisons en bois

    Maisons en bois

    Pose des pignons - des fermettes - le kit "aménagement étage" est visible

    Maisons en bois

    Maisons en bois

    Tuiles et gouttières posées - éléments de la cuisine

    Maisons en bois

    Maisons en bois

    Raccordement des descentes pluviales, des eaux usées, des drainages

     

    Maisons en bois

     

    Maisons en bois

    hiver 1986 - en 1990 on pose la structure de la future terrasse

    Maisons en bois

    Maisons en bois

    1993 le radioamateur (moi !) monte es 1ères antennes - aménagements
    extérieurs finis - véranda abri sur la porte d'entrée posé

    Maisons en bois

     

    Maisons en bois

     1997 - pose du pylône basculant de 20m -
    position basculée pour 
    montage  des antennes

    Maisons en bois

     Maisons en bois

    Maisons en bois

    Maisons en bois

    L'homme en instance de divorce dans la solitude
    de sa maison !

    Maisons en bois

    Maisons en bois

    2000/2001: Dans mon bureau ou dans mon atelier (travail pour
    le Club Vosgien dont je suis président)

    Maisons en bois

     

    Maisons en bois

    juillet 2002: les cartons sont prêts - les déménageurs
    (dont mes 2 chauffeurs) chargent les 12m3 (meubles, objets...)
    dans la camionnette de location - le lendemain direction SOFIA

    Vous voulez voir le voyage jusqu'à Sofia ? c'est ICI 

     

     


    votre commentaire
  • Entre le 1er août 2000 et le 23 juillet 2002 soit presque 2 ans je vivrais seul dans notre grande maison. Ci-dessous quelques images de cette vie en solitaire.
    Ce sera le 12 juillet 2002 que je fêterais mon départ avec une vingtaine d'amis et ma fille à l'abri du Club Vosgien (construit en 1977)

    Images d'antan

    A la mémoire de Werner,
    Robert, Fritz, Alfred dcd

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    Images d'antan

    le 23 juillet 2002 dernier
    petit déjeuner puis
    chargement du Master de
    20m3 qui partira le 24
    en direction de Sofia

    Images d'antan

     

    Une page de ma vie était tournée - une nouvelle page a commencé à s'écrire en Bulgarie le 25 juillet 2002 et cela fait plus de 15 ans qu'elle s'écrit


    votre commentaire
  • Voici quelques vues aériennes récentes et de bonne qualité de mon ancien village ou j'ai passé 22 ans de ma vie.

    Rothbach souvenirs aériens

    Rothbach souvenirs aériens

     Mon ancienne maison
     Rothbach souvenirs aériens  Rothbach souvenirs aériens
     Rothbach souvenirs aériens  Rothbach souvenirs aériens
     Rothbach souvenirs aériens  Rothbach souvenirs aériens
     Rothbach souvenirs aériens  Rothbach souvenirs aériens
     Rothbach souvenirs aériens  Rothbach souvenirs aériens
     Rothbach souvenirs aériens  Rothbach souvenirs aériens

    Rothbach souvenirs aériens

    Rothbach souvenirs aériens

    Rothbach souvenirs aériens

    Rothbach souvenirs aériens

     


    votre commentaire
  •  Quelques photos des années 1980 - 1995

     

    Quelques photos dans une autre vie

    Quelques photos dans une autre vie

    Quelques photos dans une autre vie

    Quelques photos dans une autre vie Quelques photos dans une autre vie  Quelques photos dans une autre vie
    Quelques photos dans une autre vie

    Quelques photos dans une autre vie

    Quelques photos dans une autre vie

    Quelques photos dans une autre vie

    Quelques photos dans une autre vie Quelques photos dans une autre vie
    Quelques photos dans une autre vie  Quelques photos dans une autre vie  Quelques photos dans une autre vie
    Quelques photos dans une autre vie Quelques photos dans une autre vie  Quelques photos dans une autre vie
    Quelques photos dans une autre vie Quelques photos dans une autre vie  Quelques photos dans une autre vie

    votre commentaire
  • Années 2001 - 20102001, une année qui débute, dans la solitude de ma grande maison avec de nouvelles connaissances, de nouvelles amies. Mais c'est aussi l'année ou je suis en plein dans la procédure de divorce et toujours encore en consultation chez mon psy. Je serais aussi obligé de subir des opérations ophtalmologiques. Le 7 février c'est le drame de la perte de Fracasse mon fidèle "collabo" (un croisement colley-labrador) - mi février un agréable séjour dans les Hautes Vosges dans un refuge de la CAF avec 19 personnes; de belles randonnées. Quelques jours avant mon 51ème anniversaire je fais la connaissance, via mail, de celle qui, 15 mois plus tard deviendra ma seconde épouse. En mars j'ai la visite, durant quelques jours, de Béatrice, une excellente amie parisienne connue sur le net.

    Je ferais également un tour en Suisse rendre visite à de très chers amis, Daniel et Jane Marie, parrain et marraine de ma fille  Mais pour passer le temps mon atelier aura été mon refuge, la forêt également. Durant ce temps ma correspondance avec mon "amie de l'Est" se faisait tambour battant et c'est en juillet que j'irais la rejoindre pour la 1ère fois  et passer avec elle 15 merveilleuses journées à découvrir son pays, son environnement, sa famille, ses amis.
    Enfin arrive la fin de l'année et avec elle mon amie de l'Est, devenue depuis quelques mois déjà plus qu'une amie.  Elle fera la connaissance de mes enfants, de mes parents et autres familles, de mes amis; nous passerons le Réveillon ensembles avant qu'elle ne reparte dans son pays comme elle est venue: en autocar ! La décision est prise: le mariage sera pour juin 2002 !
    2002: ce fut aussi le moment de me séparer de mes fonctions de président du CV local et cela après 11 ans d'engagement dans cette section locale des Vosges du Nord. Moments difficiles car passer la main à un remplaçant n'est jamais facile surtout si, ensembles, on a vécu d'excellents moments.
    Cet hiver de forts vents mettront à mal mon pylône radioamateur et affaibliront sa structure. Ce qui n'aurait pas du arriver, arriva un beau jour: le pylône a rompu au niveau de son basculement et est allé s'écraser jusque dans la cour de la maison voisine ! Heureusement sans dégâts chez le voisin et peu sur ma maison !  Il aura fallu tronçonner tout cela et faire venir un récupérateur de ferraille pour m'en débarrasser !
    Au printemps j'irais aussi faire un tour en Suisse retrouver de chers amis Bruno et Marianne mais aussi Elisabeth ma correspondante que je n'avais plus vu depuis 1968 ! 

     


    votre commentaire
  • Mon employeur fait son possible pour faire du ménage dans certains secteurs de l'entreprise. Je suis mis sur le banc de touche et en mai 92 définitivement en arrêt de travail pour causes de santé. Débute une période très difficile que je compenserais en me lançant plus profondément dans mes responsabilités de président d'association, poste que j'occupe depuis 1989
    1991 c'est surtout l'année de la confirmation de ma fille:

    Années 1991 - 2000

    Années 1991 - 2000

    Les enfants, en été, allaient au camp "Mission et Jeunesse"

    Années 1991 - 2000

    Années 1991 - 2000

    Et en septembre, comme tous les ans, c'est l'auto-pedestre dans le cadre du comité d'entreprise. Destination Autriche Appenzell - Rotsteinpass en compagnie d'une cinquantaine de randonneurs.

    Années 1991 - 2000

    Années 1991 - 2000

    Années 1991 - 2000

    Années 1991 - 2000

     Et Noël se fêtait alors en famille

    Années 1991 - 2000

    Années 1991 - 2000

    Années 1991 - 2000

    Années 1991 - 2000

     Puis vint 1992 avec, professionnellement,  ma "mise sur voie de garage" ! Sans me laisser abattre j'ai quand même marqué le coup et invité une bonne vingtaine de mes collègues les plus chers.

    Années 1991 - 2000

    Années 1991 - 2000

    Années 1991 - 2000

    Années 1991 - 2000

     Être mis au "ban de la société", se retrouver à 42 ans exclu du monde du travail n'est pas une expérience des plus facile à vivre. Et pour couronner le tout être privé de conduite automobile pour raison de santé fut un vrai calvaire. Dépendant de mon épouse, des amis ou connaissances je vivais cela comme une épreuve. A cette époque j'étais attiré par tout ce qui était "communication radio", par l'électronique, par l'informatique. J'ai donc décidé, encouragé par quelques amis "radioamateurs", de faire la licence pour pouvoir faire, en toute légalité, des liaisons. Ma fille n'a pas tardé à suivre le même chemin en réussissant sa licence !
    J'ai alors commencé à acquérir davantage de matériel, à monter des antennes sur le toit et même, en 1997, à monter un pylône de 12m derrière notre maison !
    Années 1991 - 2000Pylône qu'un voisin entrepreneur a cherché dans une gare à 30kms ! Durant des mois ce fut un sacré chantier: tracés des plans techniques, rénovation du pylône basculant, transformation pour supporter une cage de rotor pour les antennes rotatives, fondations suffisantes pour supporter ce monstre sans risque de basculement, soit plus d'un m3 de béton. Années 1991 - 2000Dans la foulée il a fallu aménager le "shack" (le local servant aux radioamateurs pour leurs émissions) brancher les émetteurs-récepteurs, l'ordinateur qui a cette époque était encore un Apple 2E avec 2 lecteurs de disquettes 5" !
    En parallèle de cette passion, il en existait une autre: le Club Vosgien. Depuis 1989 j'étais président d'un groupement totalisant une centaine de membres.Années 1991 - 2000 Les travaux en forêt ne manquaient pas: nettoyage de sentiers, mise en place de bancs, de ponts, balisage des sentiersAnnées 1991 - 2000, organisation de fêtes locales pour renflouer la caisse (soupe aux pois chaque automne avec plus de 200 participants dans la salle polyvalente du village ! Années 1991 - 2000

     

     

     

    1995: Événement majeur de cette année: la "Grande Traversée des Vosges" de Saverne à Thann avec 5 autres randonneurs Années 1991 - 2000soit 170kms sur une semaine; une belle expérience qui nous aura fait découvrir les beautés de l'Alsace, de ses sentiers, ses villages, ses habitants.

    Enfin, en 1997, un très vieux projet du Club Vosgien (déjà fomenté par les précédents bureaux du CV) a vu le jour: la construction, à quelques centaines de mètres du village, d'un abri pour randonneurs et/ou pour fêtes locales. Années 1991 - 2000Années 1991 - 2000Malgré mon gros handicap ce chantier aura été mené à terme après plus de 1000h de travaux bénévoles étalés sur plus de 8 mois. Une belle réussite qui, en 2017, aura fêté ses 20 ans d'existence.
    En 1999 ce sera en compagnie de mes anciens collègues de travail Années 1991 - 2000que je passerais une belle journée à "l'abri du Steinkoepfel". Mais cette même année m'aura aussi apporté des événements moins réjouissants qui ont sonné la fin d'une famille.
    2000 sera une année de tribulations... à suivre

     

     


    votre commentaire
  • 1981 notre fils a 1 an
    1982 sera l'année de la construction de notre maison

     


    votre commentaire
  • Le temps de l'argentique est révolu au XXIè siècle ? Pas tout à fait ! ni pour moi, ni pour tant d'autres nostalgiques. Voici quelques souvenirs de cette belle époque des années 70 à 90 (cliquez sur les légendes)

    Images d'antan

    Adultes

    Images d'antan

    Enfants

    Images d'antan

    Nature

    Images d'antan

    Animaux 

    Images d'antan

    Mariages

    Images d'antan

    Technique

    Images d'antan

    Groupe de jeunes

    Images d'antan

    Groupe Kumbaya

    Images d'antan

    Camp Corse 1970

    Images d'antan

    Suède 1972

    Images d'antan

    Eurofest 1975

     


    votre commentaire
  • Cette expression ne signifie nullement chez moi une quelconque révélation d'homosexualité !! C'est dans un tout autre domaine que je voudrais faire ce "coming out", celui de la RELIGION ! En d'autres termes: "rejet de la Foi ou éloignement/rejet de l'Église"

    Dans les articles précédents vous aurez pu voir que dès l'âge de 14 ans j'ai littéralement "baigné" dans la religion ! Cela a commencé peu après ma "confirmation" avec la fréquentation régulière d'un groupe de jeunes local,Mon "coming out" par de réguliers week-end en compagnie des chrétiens de l'église de la "Bonne Nouvelle"

     

    Mon "coming out"qui, d'ailleurs, existe toujours. Cela a continué par des soirées d'évangélisations publiques durant lesquelles les orateurs jouaient sur la fibre émotionnelle de l'auditoire, sur la culpabilité, sur la "peur d'un au-delà sans Dieu" Et ces soirées finissaient toujours par un appel urgent à la "conversion" et...le résultat était garanti Mon "coming out"!

    émotions, pleurs, reconnaissance d'un état de pécheur etc Souvent c'est par dizaines que les "pauvres pécheurs" s'avancaient vers la tribune pour témoigner de leurs désirs de changement, "d'acceptation de Jésus comme Seigneur et Sauveur"

    Vous devinerez facilement que moi aussi j'ai succombé aux paroles insistantes et convaincantes de l'un de ces orateurs et que j'étais alors "né de nouveau"(1), terme pompeux qui vous garantissait non pas une vie éternelle terrestre (heureusement !) mais une vie éternelle céleste.

    A cette époque certains de mes amis sont devenus pasteurs, prédicateurs à leur tour, missionnaires. Pour ma part je suis resté davantage terre à terre en fréquentant simplement des groupes d'évangélisation comme "Kumbaya",Mon "coming out" en faisant des camps de jeunes, une colonie de vacances ou on enseignait la Bible aux enfants. J'ai même été apporter la "Bonne Nouvelle" aux Suédois avec l'un de ces


    groupes;Mon "coming out" faut croire qu'ils en avaient peut-être besoin à l'époque. Ce fut une période très riche en expériences pour moi, une époque dont j'ai de très bons souvenirs. Une époque ou j'ai été comblé le jour ou, revenant du Sud-Ouest de ma colonie, je fais la connaissance, dans une arrière cour...d'église de celle qui, 3 ans plus tard, deviendra mon épouse.

    D'autres camps ont suivi mais mon entrée dans la vie active a quelque peu tempéré ces "activités évangéliques" et puis j'étais tombé amoureux !

    Une nouvelle tranche de vie commençait pour moi. Je n'étais plus seul et c'est donc à deux que nous avons continué le cheminement chrétien. Encore une fois vous aurez deviné facilement que ma future moitié était aussi chrétienne !
    Par contre il y avait un petit hic (ôh en apparence pas grand chose): mon amie était issue d'une "Eglise Evangélique Luthérienne" et moi je fréquentais à cette époque une Eglise Methodiste. Le comble est qu'elle habitait dans la cour de cette église !! Vous me direz "mais ou est le problème" ?

    Le problème n'était pas forcément chez elle mais bien davantage chez ses parents, ses familles bercées depuis leur tendre enfance dans cette église, dans l'esprit des pasteurs, diacres, professeurs de théologie de ces EEL ! Un monde fermé, opaque à toutes autres dénominations toisées de haut, de façon condescendante.
    Le jour ou j'ai demandé la main de ma future épouse mon futur beau père m'a dit "ok mais je ne veux pas de réclamation plus tard" ! Il ne se doutait pas encore de ce qui allait suivre. Un an après nos fiançailles: notre mariage à...l'église méthodiste ! On ne leur parlait pas trop du fait que nous avions, d'un commun accord, commencé à fréquenter cette église. Nous étions aussi devenus très actifs au sein du groupe d'évangélisation "Kumbaya", ma future épouse dirigeant la chorale du groupe et moi comme technicien sono. D'ailleurs futur beau papa a même contribué, en toute connaissance de cause, à la réalisation technique de la partie éclairage de scène !

    Vinrent enfin, après juste un an de fiançailles officielles,  les faire part et les préparatifs du mariage (1974) et là, douche froide pour les futurs beaux parents qui, de tout temps s'imaginaient un mariage dans "leur église", leur EEL ! Mais nous avions décidé, non pas par esprit de contradiction, mais plutôt par conviction, pour éviter de froisser les parents de part et d'autre, de nous marier à l'église méthodiste.Mon "coming out"Je ne m'éterniserais pas sur l'ambiance plombée par cette "triste nouvelle" car pour eux ce jour de mariage fut bien davantage un jour de deuil qu'un jour de joie ! Et donc pour éviter l'envenimement, nous n'avons pas mis nos deux familles à contribution (la mienne non plus même si elle était parfaitement d'accord avec notre choix) Comment se réjouir avec les paroissiens, la famille, les invités, les amis, dont un bon nombre de Kumbaya qui se sont produits en chantant à la cérémonie ?

    Nous étions tous deux stressés à l'extrême, avec une vague impression de culpabilité. Le dîner aussi s'est déroulé dans une ambiance plus que plombée, sans joie, sans danses (peur que ce soit inconvenant aux yeux des beaux parents !) et mes parents m'en ont bien sûr fait la remarque ultérieurement "jamais ils n'avaient vécu un tel mariage" ! Comment pouvais-je me justifier sans incriminer la famille de mon épouse ?

    Le contrecoup n'a pas tardé à se faire sentir; le lendemain de notre "nuit de noce" (surtout passée à ranger et nettoyer !) mon épouse a craqué: crise de nerfs, pleurs, cris violents et moi, impuissant, je ne pouvais qu'assister à la scène. C'était malheureusement, le début d'une longue, très longue série.

    Mon "coming out"Malgré tout nous avons participé à certaines activités (camp d'évangélisation "Punch 74" sur les cotes du Roussillon)Mon "coming out" - Eurofest 1975 à Bruxelles avec le grand évangéliste américain, Billy Graham.

    Nous avons essayé de tenir bon, de nous serrer les coudes, bref de rester là ou nous nous sentions bien, sur le plan spirituel: l'église méthodiste et Kumbaya. Mon "coming out"
    Mais "le ver était dans la pomme" (sans jeu de mot en rapport avec mon épouse ) et son mal-être a continué à la miner de telle sorte qu'après de gros différends, après une tentative d'exorcisme sur elle, elle a été exclue du groupe de chants "Kumbaya" et, bien entendu comme époux, j'ai suivi le mouvement d'autant plus qu'à cette époque j'avais un gros problème de santé. J'ai, psychologiquement, très mal vécu cette "mise au ban".

    La musique, le chant étaient (et le sont toujours) pour mon ex-épouse, une passion, un don. Il a donc fallu très rapidement compenser cette brusque lacune et trouver une nouvelle responsabilité dans cet art.
    C'est dans l'église même ou nous nous sommes mariés qu'elle a trouvé place pour ses dons en prenant la responsabilité de la chorale.

    Trois années se passent avant la 1ère naissance, dans la foulée la "présentation à l'église" (à ne pas confondre avec le baptême !) suivie par une seconde naissance quelques années plus tard avec, également, "présentation". Je précise que, suivant les traditions, chaque enfant a eu son couple de parrain/marraine - Nouvel épisode de tensions avec les beaux parents (eh oui sans baptême à l'eau ça dépassait leur entendement et leurs convictions !)

    Mon épouse continuait d'être "psychologiquement instable", se sentant de plus en plus coupable envers ses parents et son église d'origine. Les grands pasteurs théoriciens de cette église (JTH, WK pour ne pas les nommer) ne "lâchaient pas l'affaire", continuant d'entretenir sa culpabilité, la cuisinant pour un éventuel retour à la bergerie, à ses fondamentaux de l'EEL.

    Et pourquoi un tel acharnement ? pour la simple et bonne raison qu'en plus de diriger la chorale de l'église méthodiste, Mon "coming out"elle a également accepté de diriger celle d'une EEL !! Quel péché, quelle trahison, quelle hérésie ! certaines personnes ne pouvant l'accepter, n'ont cessé leur harcèlement que le jour ou elle a abandonné la direction de la chorale méthodiste et, peu de temps plus tard nous avons même cessé de fréquenter les paroisses de l'église méthodiste pour, soi-disant éviter de faire autant de kilomètres chaque dimanche ! Un harcèlement qui aura sans doute amené mon beau-père sur son lit mortuaire en 1986.


    Ca y est le mouton était revenu à sa bergerie d'origine ! La chorale de l'EEL avait à nouveau un dirigeant ! Mon "coming out"Une nouvelle fois je l'ai mal vécu, mais sans me confier. Les années passent, constamment ponctuées par de violentes crises de nerfs de mon épouse; des crises très dures à gérer. Combien de fois les pasteurs n'étaient-ils pas sollicités pour une "cure d'âme" ou pour tenter de la calmer, de la raisonner. Les enfants grandissent, fréquentent le catéchisme pour préparer leur future confirmation. J'accompagnais tous les dimanches la petite famille aux cultes sans être membre d'aucune paroisse.

    1991, deux événements majeurs: tout d'abord la confirmation Mon "coming out"de notre fille puis un épisode majeur: lors de nos vacances en camping dans le Jura,Mon "coming out" mon épouse, toujours plus perturbée par les instances de son église, mal dans sa peau, a un nouvel accès de "crise de nerfs". Mais cette fois-ci elle laisse éclater les raisons de son mal-être profond: c'est moi le responsable; je suis mis au pied du mur: "tu as le choix: ou bien tu deviens membre de "notre" paroisse, ou bien on divorce"
    Aie, aie, rien que ça ! clairement envoyé ! Je m'attendais à tout sauf à cet ultimatum en bonne et du forme !! Ma réponse ne sera pas immédiate; je me laisserais le temps de la réflexion mais pour la "paix du ménage", et surtout pour éviter un divorce, en automne de la même année je céderais au chantage en devenant membre de la paroisse de W.

    A partir de là tout semblait baigner dans le meilleur des mondes.

    1994, confirmation de notre fils Mais les apparences sont trompeuses car mal-être d'un côté, frustrations et déceptions de l'autre, plus grand chose allait bien dans la famille qui de toute façon, avec le départ en études des enfants, commençait à s'effriter. D'autres erreurs conjointement partagées (sans entrer dans les détails) ont fini d'éroder ce qui restait du couple, d'autant plus que ma ''mise au ban'' du monde du travail avait du mal à être gérée.

    Et la sentence tant redoutée, tant reportée est tombée: mon épouse, après 25 ans de mariage, via une lettre de son avocat un 3 déc. 1999, demande le divorce ! Coup de massue inattendu et brutal pour le "handicapé" que j'étais; le début de "procédures d'évitement" mais même les instances d'église demeuraient impuissantes à la faire changer d'avis. Ma foi (ou du moins ce qui en restait) en a pris un coup.

    Très vite je me retrouve complètement seul dans notre grande maison, mon épouse ayant eu l'autorisation du juge de "quitter le domicile conjugal".

    Je commençais à réaliser que je serais définitivement livré à moi-même. Mais, entre les mains d'un psy très compétent, le désespoir ne m'a pas atteint; heureusement ! C'est bien souvent que, dans de tels cas, un destin heureux frappe à notre porte. J'ai, durant des mois, fait de nouvelles rencontres amicales, ressoudé d'anciennes un peu oubliées par la force des événements, plongé à fond dans des activités associatives, tenté de rester en phase avec les paroisses et certains pasteurs pour avoir un soutien.

    Et en effet le bonheur est venu frapper à ma porte (ou plutôt à mon écran d'ordinateur) lorsque j'ai fait la connaissance d'une "femme de l'Est".
    Mon "coming out"Très vite le courant a passé, des rencontres eurent lieu, et chacun étant libre, nous avons décidé de nous marier assez rapidement et de vivre dans son pays.

    Mariage civil ? oui - mariage religieux ? baigné durant près de 40 ans dans la religion, mon premier réflexe aura été de l'envisager mais, après mûres réflexions, et malgré le consentement de ma nouvelle épouse, j'y ai renoncé. Trop de mauvais souvenirs remontaient à la surface, m'empêchant de passer ce cap.

    Voila plus de 15 ans que nous vivons heureux avec chacun ses croyances, ou non-croyances. Plus de 15 ans que je n'ai plus mis les pieds dans une église sauf pour la visiter en touriste, pour y admirer sa beauté architecturale ou assister à des cérémonies. Plus de 15 ans que la Bible prend la poussière, après avoir fini de la lire du début à la fin.

    Mais en parallèle de cet abandon d'une pratique religieuse, je me suis aussi mis à réfléchir, à ne pas prendre les écrits bibliques au pied de la lettre, sans me poser des questions. Les évolutions scientifiques au fil des ans nous interpellent suffisamment ! L'ère internet est là pour répondre à nos interrogations. Et puis notre monde n'est-il pas complètement perturbé, bien souvent mis à feu et à sang à cause des religions ? Les différentes croyances, communautés revendiquent toutes "leurs vérités" ! Mais qui a raison, qui a tort ? Bible ? Coran ? Torah ? Allez savoir...
    Je n'irais pas jusqu'à encenser Marx avec son "la religion est l'opium du peuple" car la religion reste capable d'atténuer les angoisses d'une soi-disant "vie après la mort", et d'être une béquille en cas de coup dur (maladie, dépression, perte d'un être cher...)
    Aujourd'hui j'ai du respect pour toutes les croyances, du moins pour celles qui respectent les autres mais je n'éprouve plus aucun besoin de fréquenter une quelconque église (d'ailleurs mes enfants non plus) et quel soulagement de vivre sans nulle pression conjugale ou familiale; bref un heureux "coming-out" !

    7 Nov. 2014, un an plus tard, la situation mondiale a largement empirée. Christianophobie, islamisation sanguinaire par l'EIIL, tentatives d'éradication de tout ce qui n'est pas conforme au Coran ! Je suis de plus en plus écœuré de toutes ces religions qui minent la vie quotidienne des humains. Le monde serait sans doute bien plus beau, plus calme sans toutes ces croyances d'un autre âge largement contrecarrées par nos connaissances scientifiques !
    J'ai pu rencontrer récemment un ancien collègue de bureau, qui, avec son épouse, sont des "chrétiens bien cuits", même un peu trop cuits ! Je les ai choqué par mes propos et bien sûr ils restent dans leur "trip céleste" convaincus d'un prochain retour du Christ. Je les laisse à leurs convictions; il fut un jour ou elles étaient aussi les miennes !

     


    1 commentaire
  • 16 mars 1974: le grand jour ! notre mariage ! (le jour de mes 24 ans) à l'église méthodiste de la rue Kageneck de Strasbourg. La veille c'était le mariage civil dans ma commune. Grand jour façon de parler car pour mes beaux parents, luthériens (de l'EEL ou Eglise Evangelique Luthérienne) notre choix de cette église passait mal. C'est l'épouse du pasteur, Thérèse S. qui s'est chargée de toute la décoration. Par contre pour mes parents il n'y avait aucun problème car peu pratiquants. Bref, les familles et toute l'équipe de "Kumbaya" étaient invités au culte célébré par Pierre S. Un beau culte entouré de nos familles et amis. La suite de la journée se passera dans un château des Vosges du Nord, un endroit charmant, de style. Le repas est préparé sur place mais l'ambiance, plombée par la belle famille tant déçue, n'y est pas. Peu de réjouissances, une organisation très sommaire ! Normal, car nous devions quasiment tout préparer nous-mêmes, à nos frais, vu les tensions ! En général les futurs mariés sont entourés d'une équipe, les frais pris en charge par les familles. Et le comble c'est que nous avons participé jusqu'au bout, gérant les rangements et le nettoyage !

    A suivre...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires